Historique du lycée

 

Le collège dans sa version 1914./Photo DDM, E.G.

Le collège dans sa version 1914./Photo DDM, E.G. 

 

La cité scolaire Vincent-Auriol a fêté ses 100 ans : 1914-2014

En réalité, c'est le 1er octobre 1913 que l'ancien collège communal (actuelle mairie) fermait ses portes pour s'installer dans le nouveau bâtiment construit avenue de Sorèze. «À l'extérieur de la ville, en plein champs», expliquait même «La Dépêche du Midi» dans son édition du jour. Le collège communal comptait alors 119 élèves dont 52 internes. Le personnel était composé de 23 personnes (dont un coiffeur). Le plus jeune enseignant (en math) avait 33 ans et le plus ancien (professeur de musique) avait 78 ans. L'euphorie de cette première rentrée scolaire ne dura pas longtemps puisque dès le 3 septembre 1914, les combats du front étant très violents, l'État français décida de créer des hôpitaux supplémentaires dans des lieux qui n'étaient pas prévus pour. Ce fut le cas à Revel du collège dont une partie devint l'hôpital complémentaire n° 53. La cohabitation entre élèves plus les enseignants et les grands blessés de guerre, ne fut pas toujours au beau fixe ; le Principal, Fernand Pichon, reprochant au maire de l'époque, Émile Séna, d'avoir accepté la réquisition totale du collègue. Il n'en sera rien, les blessés n'utilisant que la partie internat.

Après la Grande Guerre, les élèves seront moins nombreux (90 en 1918 et 80 en 1920). Le conseil municipal abandonne alors le projet de création d'une école pratique. Ce projet ressortira en 1929 mais restera sans suite. On a d'autres préoccupations avec le décret de fermeture de tous les collèges qui ont moins de 150 élèves. Revel est dans ce cas mais ce sont les filles qui vont le sauver. En 1927, elles entrent massivement au collège. Elles sont 15 en 1928 ; 27 en 1929 ; 37 en 1930. En 1940, avec l'apport de réfugiés qui passent en zone libre, ils sont 219 élèves dont 70 filles. À la fin de la seconde guerre mondiale, le président de la République, Vincent Auriol vient dans sa ville, en 1947 et visite le collège qui prendra son nom le 27 juin 1960 lors d'une inauguration en sa présence. En 1948, par décret, le collège est doté d'un centre d'apprentissage en ébénisterie, marqueterie et bronzerie. On est un peu à l'étroit et il est créé deux annexes : boulevard Gambetta (actuel Trésor Public) et avenue des Bourdettes avec 12 préfabriqués. Ce n'est qu'en 1975 que l'enseignement professionnel du meuble s'installera dans le CET qui aujourd'hui est le lycée professionnel. Puis, dans les années quatre-vingt-dix, le lycée Vincent-Auriol connaîtra plusieurs périodes de travaux importants.

Le lycée des métiers d'art du bois et de l'ameublement fête ses 40 ans : 1975-2015

Le lycée des métiers d'art du bois connaîtra bien des transformations au fil du temps. Développement des filières alliant bois, ameublement, agencement, tapisserie... Les locaux devront s'agrandir pour recevoir la multiplication des formations. Et ce travail ne cesse d'évoluer puisque chaque année le lycée adapte ses formations pour aller vers l'excellence du métier : Diplôme des Métiers D'art après le bac proposé en tapisserie, restauration de meuble, ébénisterie, marqueterie...

Modifier le commentaire 

par MAGALI MOUREY le 07 juil. 2017 à 10:18

haut de page